Le mystère du Phoenix - La première aventure de Philippine Le dilemme des Hyacinthides - La suite des aventures de Philippine Le puits d'Atlante - La conclusion mais peut-être pas la fin La montagne qui pleure - Premier tome des aventures de Chimalis pour les enfants dès 10 ans Soleil triste - Deuxième tome des aventures de Chimalis pour les enfants dès 10 ans

dimanche 6 juillet 2014

Parlez-en BIEN ou parlez-en mal, mais PARLEZ-EN !

J’aime le bon sens qui se dégage de ces vieux adages.

Car, n’est-ce pas effectivement ce que chaque auteur recherche ? Que l’on parle de lui, que ses écrits suscitent des échanges.

Bref, que ses livres soient lus et participent ainsi à la diffusion vaste et sans distinction d’origine sociale de la culture. 
(personnellement, ce qui me révolte plus que le fait que les droits d’auteur soient « bafoués », ce sont les livres à (minimum !) 20$ chaque !!!)

J’écris ce billet après avoir lu CECI.





Nous en sommes “encore” là, le « Portail Protection Livre » dépense énergie et argent pour… quoi ?
Ma réponse à toutes ces personnes qui tentent de soi-disant « sauvegarder » l’intégrité des auteurs (est-ce véritablement de cela dont il s’agit ou de la protection de leur rémunération ?) que n’est pas Héraclès qui veut et que le propre de l’hydre est de multiplier ses têtes si celles-ci sont coupées. La violence n’engendre que la violence, ne l’oublions pas.

Bref, tout ceci est plus politique qu’autre chose, non ?
 

Me concernant (auteur peu connu), j’ai voulu voir comment se situaient mes livres dans tout ceci et s’ils étaient diffusés largement ou pas. J’ai donc fait une recherche sans m’attendre à grand-chose. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque dans les résultats des recherches j’ai découvert que ma trilogie Philippine Drich était en partage sur des sites que nous qualifierons de « rebelles ».





Était-ce une erreur ? Non.


Un mélange d’étonnement et de fierté (si, si) s’est emparé de moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis un auteur autoédité et que je n’ai donc pas les moyens des maisons d’édition pour me faire connaitre. Donc, si je me retrouve en « partage » et que je constate que le nombre de personnes qui ont téléchargé mon livre s’élève à 616, je me réjouis.












Le plus drôle, c’est que le premier tome des aventures de Philippine est lisible gratuitement ICI,




http://www.monbestseller.com/manuscrit/philipine-drich-t01-le-myst%C3%A8re-du-phoenix

D’ailleurs, depuis sa mise en ligne, 1347 lecteurs y ont gouté.

1347 + 616 = 1963 personnes. Mes livres numériques sont vendus 5$ ICI, cela fait donc un manque à gagner de 9815 $. Ah, oui quand même ! Gloups !
 

Je vois cela comme une promotion. Ni plus, ni moins.
 

Combien m’aurait coûté l’envoi de 1963 livres à des blogueurs, journalistes, lecteurs ? Combien m’aurait coûté une présence dans des salons du livre dont les prix des stands sont prohibitifs ?

En contrepartie, j’avoue cependant que j’apprécierais beaucoup avoir des retours des lecteurs « sauvages». Sur 1963, prenons juste la moitié, cela fait presque 1000 personnes qui pourraient en parler sur leur blog, sur Twitter, Facebook etc… C’est donnant-donnant. D’accord ?

Je préfère que vous en parliez positivement, je ne vous le cache pas, mais bon, Messieurs et Mesdames les « flibustiers », je ne vous en voudrai jamais de propager la culture.